AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Amadeo - Freak

Aller en bas 
AuteurMessage
Amadeo
Freak
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Amadeo - Freak   Mer 5 Avr à 6:21

Nom: Vincenzi
Prénom : Amadeo
Age apparent: 23 ans
Sexe: Masculin
Classe: Freak
Métier: Musicien (tout instruments) et organisateur de fêtes/spectacles/tortures lorsqu’on lui demande.

Relation avec The Jester et Jet Theers: Jet Theers ? Sûrement vu à un concert, même si ce n’est pas le mot exact, en réalité…Fan de leur groupe peut-être, peut-être a-t-il suivi un moment leur carrière, peut-être a-t-il écouté leurs chansons…Quand à Jester…Amadeo l’aime bien, voire beaucoup peut-être. Etant un des saltimbanques, il le sert comme les autres, mais peut-être avec affection, car il n’a tout de même pas la méchanceté des autres…

Histoire:
Il est une chose qu’il faut dire avant toute les autres, une chose qui explique beaucoup, sans vraiment rien prouver. Amadeo est aveugle, et ce depuis toujours. Il est né ainsi, mais n’a jamais vu le jour. Pourquoi ? Une histoire de synapse et de neurones, ce qui n’a en réalité aucune importance. Ses yeux fonctionnent parfaitement, ceci il le sait, mais il n’y voit pas, à cause d’un problème lambda derrière ça. Un truc de…connexion. Bref…lui et son jumeau sont nés d’une famille composée volontairement, des Italiens et des Anglais. Rien de très étonnant en somme, car dans les milieux très posés, c’est l’usage…A cause de sa cécité, on porta énormément d’attention à Amadeo, qui eut toujours une peur excessive d’un malaise avec son frère, d’une jalousie de sa part…ce qui aurait été normal, mais au final, leurs parents s’occupaient aussi bien de l’un que de l’autre. Et comme dans toutes les familles riches généralement, ils passèrent une enfance gâtée, chérie, avec a leur disposition presque tout ce qu’ils désiraient. Toutefois, à cause du fait qu’Amadeo soit aveugle, entre autre, et que leurs parents soient surprotecteurs, aucun des deux n’alla à l’école, ils prenaient leurs cours chez eux, entourés des meilleurs professeurs qu’on peut trouver je suppose…
Quant à la relation avec son frère…elle est indescriptible pour toute personne n’ayant pas un jumeau. Alessandro était une part de lui-même…Ils ne se quittaient pas, faisaient tout ensemble, ou presque, mais jamais ne se séparèrent réellement. La cécité d’Amadeo le faisait d’autant plus affectif qu’il n’avait que lui, qu’il le protégeait, le défendait, lui apprenait la vie comme lui il la voyait…
Mais il faut bien être clair : Ayant toujours été aveugle, Amadeo n’a jamais ressenti une quelconque gêne à cause de cela. Il appris le braille, il savait lire, écrire, compter, comme tout le monde. Ses autres sens se développaient petit à petit pour pallier à ses besoins, si bien qu’à l’âge actuel où il est rendu, il se débrouille aussi bien qu’une personne voyante.
5 Ans. La musique. L’essence même de la vie. Il la découvrit en trouvant un violon, quelque part dans la grande maison. Il passa de longues minutes à explorer le bois du bout des doigts…avant de très vite cerner le fonctionnement de l’objet, et d’en jouer. Et d’en jouer bien, pour un tout débutant aveugle, et pour un enfant de cinq ans…Lui et son frère prirent immédiatement des cours de musique, et si Alessandro était un peu moins doué dans la matière, Amadeo maîtrisa bientôt le violon sans aucune difficulté, pour enchaîner avec le piano, et un autre instrument, et un autre instrument…Mais autant que sa propre mélodie, les sons qu’il créait de ses mains, lui qui ne servait à rien, il chérissait plus que tout la voix de son jumeau…Lui aussi avait sa vocation, sa superbe vocation...lui aussi chantait, un peu, un tout petit peu, pour accompagner sa musique, où son frère lorsqu’il le désirait. Mais il était très loin d’avoir son talent…
Alors qu’Alessandro commençait à écrire, lui composait de la musique, avec autant de facilité que s’il avait vu. Bien entendu, ses partitions ne lui servaient à rien, à part à faire partager sa musique, et peut-être à retenir quelques fois les mélodies. Mais sans cesse, lorsqu’il ne jouait pas, n’étudiait pas, il était la, devant sa feuille, comptant sur ses petits doigts les temps, écrivant des signes qu’il ne voyait pas…Mais les partitions rédigées de sa main ne représentèrent bien vite qu’une minuscule partie de son génie musical, que lui seul connaissait…Et ils grandirent, tous les deux, avec leurs passions, leurs talents, leur amour fraternel…jusqu’à ce que vraiment leur vie change.

Comme dit déjà, les jumeaux ne sortaient pas, ou peu de chez eux. Ils prenaient des cours à domicile, et consacraient leur temps à la musique. Pas d’amis. La tentation fut nettement plus grande pour Alessandro, à qui l’enfance sociale avait été volé, en partie à cause de son frère…Amadeo lui, se confortait dans la vie qu’il avait. Jusqu’à ce qu’ils en discutent, qu’Alessandro lui fasse part de ses frustrations naissantes…Besoin d’émancipation. Et Amadeo se prit au jeu, parce qu’il voulait ce qu’il y avait de mieux pour son frère, et lui aussi finit par désirer sa liberté…Et cette révolution commença par des cours de musique à l’extérieur. Moult débats, discussions, arguments. Pour Alessandro, le monde extérieur ne poserait pas d’énormes problèmes, mais plus longtemps peut-être, ils réfléchirent sur le cas d’Amadeo…Avant de finalement céder, pensant que cela ne pouvait de toute manière pas leur faire de mal…Les jumeaux furent inscrits à l’école de musique de la ville. Succès assuré auprès des autres élèves, devant les deux virtuoses nouveaux arrivés. Ici, beaucoup de choses changèrent. Amadeo, à défaut d’avoir peur de ne pas s’intégrer, de part sa cécité, mais aussi grâce à son talent jalousé, s’était d’avance résigné à être seul, à « regarder » son frère se faire une vie normale, comme les autres. Mais bien vite, il s’était rendu compte qu’il était tout autant un centre d’intérêt, non pas une chose bizarre qu’on observe, et qu’on ne comprends pas. Il eut très vite une myriade d’amis, et entra dans une phase d’extériorisation assez intense, qu’il conserva dans sa vie adulte. Contrairement à lui, Alessandro se renfermait, il devenait plus timide, il le sentait…il n’était pas son jumeau pour rien. Mais sans succès, il ne réussit pas à obtenir des confidences…Mais s’interroger, imaginer, il le fit. Après tout, ils étaient en âge de se faire des secrets, même si lui Amadeo n’en faisait pas. Comment aurait-il pu de toute manière ?...il se plongea, encore et encore, dans sa musique. Maintenant, il avait du monde autour de lui, mais rien n’était capable de le sortir de la profonde mélancolie où l’entraînait chacune de ces notes…
Puis le groupe, quelques mois après. Impossible de déterminer qui a eut l’idée en premier, peut-être est ce celle-ci qui d’elle-même est venue. Les Geminis Dreams, du métal. Pourquoi ? Parce qu’ils aimaient bien, tous les deux, rien d’autre que cela. Un succès phénoménal…en à peine un an, ils étaient à eux deux un groupe extrêmement connu du coin, un peu la fierté locale, mais ce succès ne s’arrêta pas ici. Deux ans, succès national. Bon, les parents avaient sûrement mis la main à la pâte pour qu’ils deviennent aussi célèbres, et si rapidement, mais peu importait vraiment à Amadeo…Ils étaient connus. Extrêmement connus. Et il adorait ça. Non pas qu’il soit fier, orgueilleux de son succès non…il voyait ça extérieurement, il sentait les murmures, les regards, les sourires, les paroles…Et même si Alessandro gardait sa timidité et sa réserve, lui avait assez de curiosité, d’appétit pour sans cesse adorer que les gens viennent vers lui…
18 ans, l’appartement. L’appartement gigantesque, où il marchait, pieds nus, tâtonnants les murs, tourbillonnants, son violon à la main…Tout était absolument parfait, génialissime. Et tout continuait de l’être. C’est à cette période qu’il apprit l’homosexualité de son frère, s’en doutant à mi-voix, sans le gêner, attendant que de lui-même, il vienne le lui déclarer…Et c’était fait, même si son frère avait un ami, tout était dit, plus de secret, plus rien…il se rappelle l’avoir embrasser sur la bouche en riant, l’avoir rassurer, approuver, et être retourner jouer du violon dans toute la maison…Quant à ses penchants sexuels à lui…niet, nada. Ni hommes, ni femmes. Il n’avait jamais eu de copains, copines vraiment…et il n’en voulait pas spécialement. Avec sa célébrité, il aurait pu avoir n’importe qui, alors il ne voulait personne. Mais mettons nous d’accord. Quand Amadeo était chez lui, l’appartement regorgeait généralement de filles de tous les genres. Des copines, qu’il disait en souriant. Mais aucune n’avait été dans son lit. Il appréciait leur compagnie, ce qu’elles avaient à lui raconter, à lui apprendre, il écoutait leurs soucis, leurs envies…Amadeo, c’est le genre de personne qui est sans cesse obligé d’acheter de la mémoire pour son portable, parce qu’il a un répertoire de deux cents contacts…mais il ne s’en formalise pas, d’ailleurs, il n’appelle personne, ce sont les gens qui l’appellent…Bref, leur vie continua, aussi belle, voire plus, de jours en jours…les années passèrent, mais ils perduraient, ils voyageaient, jouaient et chantaient…C’est ce qu’ils avaient toujours désiré, au fond. Ils avait du talent, dans des domaines différents, mais tous les deux étaient aussi populaire l’un que l’autre…Et toute cette célébrité ne fit que renforcer leurs liens.
Jusqu’à ce soir ci. En Angleterre, leur pays adoré. Là où ils étaient les plus célèbres, il faut le préciser. Mais ça n’avait pas grande importance pour eux…le concert avait été magnifique, absolument splendide…le rêve, l’apothéose, l’enthousiasme…et le dernier. Alors qu’il quittait les lieux, l’étui de son violon à la main, il sentait…il entendait les cris, les flash des appareils photos il sentait la foule, les doigts qui glissaient sur sa peau…Il souriait, il s’approchait des barrières, faisait la bise, serrait des mains…comme il l’avait toujours fait, au grand malheur de son frère, qui d’habitude n’avait qu’une envie, s’en aller…Mais là, ils étaient restés, avaient savouré leur succès…Puis ils étaient montés en voiture. Londres. Il était épuisé, et sur le trajet, il se rappelait avoir posé sa tête sur l’épaule de son frère, avoir entortillé ses cheveux autour de ses doigts…S’être assoupi peut-être ? Puis debout, la rue, l’hôtel. Plus rien.
Le réveil…Pour Amadeo, on peut facilement admettre que le changement fut d’autant plus violent, à cause de sa cécité. Le Heaven Circus. Et malgré tout ce que son frère lui disait, il ne voulait pas y croire. Ce n’était qu’un rêve débile, stupide, et tout bientôt s’arrangerait, ils sortiraient de là…Mais ils n’en étaient pas sortis. Il avait appris, à ses dépends, qu’il ne sortirait pas d’ici.
Notamment ce fameux jour, ce jour qui marque le début de sa nouvelle vie. Il jouait du violon. Il jouait souvent du violon maintenant, n’ayant rien à dire, ni à faire…là résidait ses seuls espoirs, ses seuls passions, sa mélancolie…seul vestige d’une vie passée. Puis Der Magier était arrivé. L’aimé Der Magier…La corde qui grince, et le violon qui lui échappe des mains. Il n’y avait pas matière à s’énerver. Jamais il n’avait cherché à s’attirer des ennuis, à souffrir inutilement sous les coups des Saltimbanques. Alors il lui demande de lui rendre, comme il aurait demandé ça à n’importe qui. Mais le Magicien n’était pas n’importe qui. Le geste brusque, les mouvements violents. Le cri. « ALESSANDRO !! », puis les dalles froides du sous sols…la salle de torture.
La douleur, violente douleur. Mais est-il quelqu’un pour imaginer ça ? Le mal, sans fin, les inventions atroces des Saltimbanques, de Der Magier, qui prenait soin de lui tout particulièrement…les coups, les bleus, le sang…La peur, d’autant qu’il n’y voyait rien, absolument rien. Argument qui convainquit le Magicien de le débarrasser d’un de ses yeux. Pour l’entendre le dévorer après, couvert de sang. Le choc, le traumatisme tellement puissant qu’il ne pu par la suite, rien dire, ni faire, ni pleurer, ni crier. Lassé de lui, on l’abandonna à la surface, une semaine après. Il ne se rappelait de rien, avant ce jour. Juste…la douleur.
Alessandro. A des milliers de kilomètres de lui désormais. On n’oublie pas son jumeau, quoi qu’on puisse nous faire. Mais tout était différent. Il y avait cette barrière, désormais…Il jouait du violon, encore et encore, comme jamais avant il n’en avait joué, car il était le musicien. Alessandro près de lui. Son désir de vengeance…Le Magicien, l’attaque, le cri…et seul à nouveau. Il n’avait en réalité rien fait pour empêcher cela, même si rien fait pour le provoquer. Le retour, une semaine après. Les barrières tombées. Mais lui, à tout jamais changer. Amadeo n’appréciait pas le changement. La cicatrice, qu’il avait pu sentir sous ses doigts lorsque son frère dormait…L’histoire du cœur…Mais il resta impassible à tout cela, comme il l’était désormais pour tout ce qu’on lui demandait. Il avait appris, il servait, il sauvegardait son frère blessé jusqu’à l’âme…le préserver de tout ça.
Alors Amadeo était un bon Freak. Il s’inclinait, s’agenouillait, accédait aux attentes, aux désirs, sans rien dire…Il ne savait ce qu’Alessandro pouvait trouver aux Invités, les nouveaux arrivés…lui, il avait presque pitié d’eux, de leur sort malheureux…Et pour cela, il les écoutait, il les aidait, comme il le pouvait, comme il l’avait toujours fait, même auparavant…Car, au fond de soi, comme toutes les personnes présentes ici, quelque part, bien caché, il aspirait à sa vie passée, à sa liberté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo
Freak
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: Amadeo - Freak   Mer 5 Avr à 6:22

Caractère: Amadeo a comme qui dirait un caractère très difficile à cerner. Il a beau être un freak, il n’en est pas moins resté très humain sur certains points, même beaucoup, et il est loin d’être fou. La première chose qui pourrait le caractériser serait son calme. Il ne s’énerve pas. Jamais. Il ne donne pas l’impression de s’ennuyer, de contester, d’être en colère. Il n’a pas l’air triste. Il reste calme, zen, extrêmement maître de lui-même. Il faut dire qu’il en a vécu bien assez pour ne plus jamais réussir à se montrer. Tant de souffrance, tant de révolte, de cris, de peine, que maintenant, il n’exprime rien de fort. Quoi que vous fassiez, jamais vous ne le pousserez à bout. Il a une patience infinie, une gentillesse qui lui permet de toujours tout vous pardonner. Ensuite, il faut parler de sa douceur. Même s’il sert les saltimbanques, Amadeo est quelqu’un d’infiniment tendre. Qui que vous soyez, quoi que vous ayez fait, vous avez son estime, sa considération. Il n’est pas violent, jamais, ni même méchant. Il écoute, il sourit, il acquiesce. Sa voix est douce, il met très vite en confiance. Amadeo est quelqu’un qu’on apprécie très généralement. Il est plutôt aimé des Saltimbanques. Il faut dire qu’il est la personne qui, dans tout le cirque, leur témoigne le plus de respect. Parlons en justement. Amadeo est extrêmement fidèle à toute la caste supérieure du Heaven Circus. On pourrait penser qu’il les apprécie, et il finit lui aussi par se le demander. Il sourit, il s’incline, s’agenouille, obtempère et obéit…il n’est pas du tout contrariant. Mais attention, il y a une nuance très importante à saisir. S’il fait ceci, ce n’est pas parce qu’il a peur d’eux. Ce n’est pas parce que c’est un lâche. Ce n’est pas parce qu’il y est obligé. C’est parce qu’il le veut. Pourquoi ? Allez savoir ce qui passe par la tête d’une personne comme lui. Il n’est semblable à aucun autre. Il n’a pas le goût du mal, il n’ignore pas ce qu’ils font, leurs vices. C’est simplement qu’il n’attache pas d’importance à leurs actes. De la même manière, il viendra en aide à n’importe qui qui lui demandera dans le cirque, un invité, un freak, pour quoi que ce soit.
Par-dessus tout, il voue un amour sans borne à son frère, et c’est à prendre dans le sens que vous désirez. Quelque part, s’il fait tout ceci, c’est pour le protéger. S’il veut que le heaven circus continue, c’est pour sa survie. Lui, qu’ils soient ensemble est ce qui importe. Qu’il puisse jouer pour son frère, tout faire pour le bonheur d’Alessandro. Parfois, il est peiné que celui-ci ne se plaise pas ici, mais il ne lui en veut pas. Pour deux, il sert les saltimbanques, que son jumeau continue à rêver, à survivre comme il l’entend, si cela lui procure du plaisir.
Qu’est ce qui pourrait encore qualifier Amadeo ? Il est amour et compréhension, respect et gentillesse, calme et douceur…Mais toutes ces qualités sont tout autant des défauts chez lui. Ne jamais savoir pleurer, ni crier sa douleur…ni même se raconter, fait de lui quelqu’un d’extrêmement seul, introverti, mélancolique. Il passe des heures à penser au monde, aux couleurs et aux visages, à jouer du violon, sans jamais s’arrêter, enchaînant un répertoire qui même aux saltimbanques peut paraître sans fin…Il crée la musique, la musique qui comprend, qui écoute et qui protège. La musique qui libère, et qui attire les gens, la musique qui fait de lui ce qu’il est, unique.

Description Physique: Amadeo a des origines Italiennes, et cela transparaît dans son physique. C’est un garçon grand et svelte. Il mesure environ 1m75, tout comme son frère, bien évidemment. Il n’est pourtant pas maigre, ni osseux. Il a la carrure d’un jeune homme normal, les muscles formés, sans plus. Ses cheveux sont d’un noir de jais, lisses et souples, qu’il porte mi-long (jusque dans le cou), toujours en bataille, si bien que sa coiffure se résume souvent à des mèches pèle mêle lui donnant un air gracieusement négligé. Il a les traits fins, beaux. Comme lui, et comme son frère d’ailleurs. Tous les deux sont un modèle de douceur et de beauté. De ses sources italiennes, il tire aussi le teint légèrement halé, sans trop l’être non plus, lui donnant une touche de chaleur méridionale. Le nez fin, la bouche sensuellement dessinée et les yeux jolis, c’est un garçon qui a tout pour plaire. Et il plait, beaucoup. L’endroit où aurait dû se trouver son œil gauche est caché soit par un entremêlement de bandes, où bien par autre chose, selon humeur, car il ne dispose plus de cet œil. Le droit lui, est vert, vert bouteille, comme les yeux de son frère. De la même manière, il est gaucher, et il a la voix d’un ténor, pas très grave, moins jolie que celle de son frère, mais le chant n’est pas sa vocation. Malgré sa cécité, il garde son unique œil ouvert, toujours normal, si bien que si vous n’êtes pas informé de sa non voyance, vous pourriez presque croire qu’il y voit tout à fait bien, ce qu’il se plait à faire croire aux nouveaux invités généralement.
Tenue Vestimentaire: Amadeo est habillé simplement, le genre de tenue qu’il aime, et qui en plus, lui va atrocement bien. Il s’agit en réalité du même modèle de vêtements qu’il portait au concert, son dernier concert, identique à ceux d’Alessandro. Pantalon noir élégant, chemise noire, veste noire joliment taillée, chaussures de cuir noirs…quoi d’autre ? Rien, juste la simplicité (synonyme de perfection…)
Aptitudes, capacités, talents: Avant presque d’être un freak, Amadeo est un musicien. Plus encore que son frère peut-être, sa vie entière s’exprime par la musique. Si bien qu’à l’âge où il se trouve, et doté d’une âme aussi passionnée, il sait jouer d’absolument tous les instruments que vous saurez lui proposer. Violon, piano, guitare…sa maîtrise en est exceptionnelle, et toujours ses mélodies envoûtantes…
Ensuite, le garçon brille particulièrement par son calme. Il reste maître de lui et doux, en toute circonstance. Bien entendu, il n’en a pas toujours été ainsi, mais l’expérience, les chocs émotionnels forgent, si bien que désormais, il est comme ça, et le restera.
Sa cécité prolongée n’est presque plus un inconvénient pour lui. Aveugle toute sa vie, ses autres sens ont pallier à ce manque pour qu’il puisse en toutes circonstances se débrouiller. Il a l’ouie extrêmement fine, qualité accentuée grâce aux innombrables heures passées à pratiquer la musique. Plus encore, depuis son arrivée au heaven circus, il lui est possible, dans une toute petite mesure de « sentir » vraiment les présences. Auparavant, situer quelqu’un dans la même pièce que lui se révélait enfantin, grâce à sa respiration au minimum. Maintenant, il…sent la présence, la devine peut-être plus encore, mais le prendre au dépourvu est quelque chose qui relève de l’impossible…
Possessions: Un violon dans son étui, un sac avec dedans un téléphone portable, un livre en braille, les habituels stylos, ses papiers…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amadeo - Freak
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Websérie] Freak Out

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven Circus :: Avant de jouer :: Personnages-
Sauter vers: