AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Alessandro - Freak

Aller en bas 
AuteurMessage
Alessandro
Freak
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Alessandro - Freak   Mer 5 Avr à 7:16

Nom: Vincenzi
Prénom: Alessandro
Age apparent: 23 ans
Sexe: Masculin
Classe: Freak
Metier: Chanteur et Poète (accompagne son frère, l'assiste potentiellement dans les tâches releguées par les saltimbanques mais alors seulement si il lui demande)

Relation avec The Jester et Jet Theers:
Jet Theers était fan du groupe de métal d'Amadeo et Alessandro, "Geminis Dreams", et a du donc assister à l'un de leur concerts. Par la suite au Heaven Circus, Alessandro ayant une grosse dent contre les saltimbanques (en particulier contre Der Magier, responsable de l'état dans lequel lui et son frère sont actuellement), il n'a jamais réellement tissé de lien avec The Jester... Peut-être l'apprécie t-il plus que les autres, parce qu'il a un côté plus... humain peut-être que les autres, peut-être se montre t-il involontairement moins froid à son égard qu'avec les autres, dans tous les cas il ne veut pas l'admettre.




Histoire:

Amadeo et Alessandro sont nés métisses, fruit d'un mariage arrangé entre deux familles de la haute bourgeoisie, l'une italienne, l'autre anglaise... Certes ce n'était pas le grand amour qui unissait leurs parents, mais cela ne changea rien à l'affection qui leur fut apporté. Amadeo nacquit aveugle, ce qui les peina beaucoup, mais soit, ils s'y habituèrent. Heureusement ils étaient de bons parents, et Alessandro ne ressentit jamais aucune jalousie à l'égard de son frère à cause d'attentions plus soutenues faute au handicap d'Amadeo: leurs parents s'occupaient aussi bien de l'un que de l'autre. On ne peut pas dire que leur vie fut très compliquée... Une enfance dorée, dans une grande villa anglaise, et dans la limite du raisonnable de manière à ne pas en faire des pourris gâtés, tout qui leur était accordé. Dès le début ils furent très proches. Rien d'étonnant à cela. Les jumeaux ont du moins pour la plupart la chance de cette relation intense, de cet amour fraternel sans borne que nombre d'autres ne connaissent et ne connaitront jamais... Et là dès l'enfance ils ne se quittèrent pas. A peine agés de 5 ans leur don pour la musique fut révelé... L'oreille absolue, la musique dans la peau. Chez Amadeo surtout, en partie peut-être parce qu'il était aveugle, mais aussi chez Alessandro, moins fort mais tout de même exceptionnel. Leurs parents les mirent bien évidemment à la musique, c'était l'occasion à ne pas rater... ça aurait été un gâchis sans nom que de laisser brutes, étouffées, de telles capacités... Le premier instrument dont Alessandro appris à jouer fut le piano, comme pour beaucoup... quand il se mit à accompagner l'instrument de la voix, reprenant les accords, ornementant, improvisant... On lui fit prendre sans attendre des cours de chant. Si son talent n'était pas aussi grand que celui d'Amadeo pour ce qui était de la musique instrumentale, on ne mit pas longtemps à comprendre que c'était le chant, dans lequel il excellait, véritablement... Et il ne trahit pas les espérances de ses parents, aucun des deux ne trahit leurs espérances... Bien vite ils s'améliorèrent, et attinrent un niveau exceptionnel... Ils étaient faits pour ça, en bref... Avec la maturité, Alessandro commença à écrire... des poèmes et d'autres textes, tout simples au début, normal lorsqu'on a 7 ans, puis de plus en plus beau, d'un niveau allant en s'améliorant, jusqu'à être reconnu... Son côté rêveur, poète, se developpa... Lecture, et écriture... Il dévorait papier et crayons. Si c'était en chant qu'il se débrouillait le mieux, il ne fallait pas s'étonner... Tout était lié. Sa sensibilité, son besoin de s'exprimer par les mots... tout était lié. Les années passèrent, plus tranquilles et heureuses les unes que les autres... Ils s'améliorèrent, et continuèrent, continuèrent, sans soucis... Jusqu'à ce qu'arrive la période épineuse, et merveilleuse, de l'adolescence... naissance de ce qui ferait leur gloire, et leur perte à la fois. Et de manière particulière pour Alessandro, révélations destabilisantes, qui l'amenèrent à devenir plus timide encore qu'il ne l'était déjà de nature...

Alessandro et Amadeo ne sortaient pas souvent de la maison... Après tout, lui et son frère n'allaient pas à l'école, leurs parents étant -tout de même- surprotecteurs (personne n'est parfait...). Ils prenaient des cours à domicile... Ils ne voyaient pas grand monde en bref... Au bout d'un moment, cela commença à les peser... Lorsqu'ils eurent 16 ans... Frustration dépassant les bornes, besoin soudain, violent, de s'émanciper... Cela commença par quelques allusions entre eux à cette situation durant depuis l'enfance, puis ils commencèrent à en parler plus, plus... de plus en plus, jusqu'à ce qu'un vent révolutionnaire balaye la maison. Ils demandèrent tout d'abord à leurs parents... de leur faire prendre leurs cours de musique à l'extérieur. Leurs parents sur le moment hésitèrent... puis en vinrent à la conclusion que socialiser leurs enfants ne pourrait leur être que bénéfique. Ni une, ni deux... Amadeo et Alessandro furent inscrit à l'école de musique de leur ville... où ils firent bien évidemment grande impression. Ce fut un grand changement dans leur vie, forcément... Premières relations, première approche du monde, premier amis... et premiers doutes. Oui, premier doute, du moins en ce qui concerne Alessandro... Les amis, l'école de musique, le concert plus tard en fin d'année... tout ça c'était bien joli mais... Quel était ce sentiment de gêne chaque fois qu'il allait à l'école de musique en compagnie d'Amadeo? Quel était ce malaise... Ce n'était pas sa timidité, certes présente, mais qui n'était pas en cause pour sûr... C'était autre chose. D'ailleurs il avait un peu peur... Petit à petit il s'était rapproché encore plus que des autres, ou de sa meilleure amie maintenant Amy, d'un des pianistes... Jonathan. Mais ce n'était pas vraiment comme pour les autres, en fait... Il n'avait pas envie de dévorer les autres des yeux, n'avait pas chaud, n'avait pas le coeur dans un tel état de chamboulement en regardant les autres... Il se mit à douter. D'un côté il ne voulait pas y croire... Parmi tout ce qu'il avait lu petit, c'était une princesse que venait libérer le prince charmant après avoir vaincu le dragon... pas un autre prince, c'était une princesse qui embrassait la grenouille qui redevenait ainsi un charmant jeune homme près à l'épouser, c'était une princesse qui se réveillait de son sommeil de mort quand le bel éphèbe posait ses lèvres sur les siennes... Et même parmi ses propres créations, ces poèmes, ces quelques (rares certes) textes dans lesquels il avait pu imaginer l'amour, c'était une demoiselle, et pas... Mais il fallait se rendre à l'évidence, et maintenant qu'il avait des gens en chair et en os devant lui, il ne pouvait nier ce qu'il ressentait... Amy, les autres filles... ne l'attiraient pas, pas au delà de l'amitié. Il préférait les garçons, un point c'est tout... Un point c'est tout et pourtant il eut du mal à l'admettre, voire ne l'assuma pas, et pendant longtemps... Il ne dit même rien à Amadeo, alors qu'en règle générale ils se disaient tout... Il devint plus renfermé, plus timide, gêné par ces attirances qu'il s'était découvertes assez... brutalement. Et six mois passèrent. Six mois au bout desquels Amadeo et lui prirent une nouvelle décision. Fonder un groupe. Avec leurs capacités en musique, qui plus est celles d'Amadeo, les textes d'Alessandro... Cela ne pouvait que marcher. Ainsi nacquirent les Geminis Dreams, le groupe de métal qu'ils montèrent à deux. Leur talent était irréfutable. Au bout d'un an déjà toute la ville les connaissait, et même aux alentours... Au bout de deux ans, le succès national, grâce à leurs parents aussi qui avaient les moyens de les faire monter, il faut le dire... Même merveilleusement doué sans cela dur de percer dans ces milieux, dans la societé actuelle... A 18 ans, donc, ils étaient connus... Chose assez dure à assumer pour Alessandro, qui était tout de même bien timide, modeste, et tenait à pouvoir aller dehors sans que nombre de personnes se retournent pour le dévisager... surtout qu'étant tout de même très plaisants physiquement, les Geminis Dreams avaient nombre d'admirat... rices. Dans tous les cas ce fut l'âge auquel ils quittèrent leurs parents, prirent un appartement, en ville... un grand appartement de 200m² ceeeertes, mais un appartement tout de même. Ce fut aussi l'âge ou Alessandro, se défaussant un instant de sa timidité, osa s'affirmer un peu plus... Enfin à vrai dire ce n'est pas lui qui osa, mais disons qu'il osa répondre positivement... Ce n'était plus Jonathan, ils s'étaient perdus de vue depuis au moins un an... Un autre ami, en fait. Un ami qu'il connaissait depuis peu, 4 mois, d'une des activités musicales annexes que lui et Amadeo pratiquaient... Depuis Jonathan il n'y avait eu rien d'autre, première fois qu'à nouveau cette impression, ce sentiment le prenait... Après avoir peu à peu étouffé la question, elle le prenait à nouveau à la gorge... Lorsque Nicola fit le dur premier pas il ne le repoussa pas... et que dire de plus sinon qu'en rentrant le soir, ses tendances avouées de manière... explicites, il était un peu chamboulé... presque bouleversé, en hypersensible qu'il était. C'est à ce moment qu'il le dit à Amadeo, le soir même, il l'en informa... du fait qu'il était homosexuel. Par contre jamais il n'osa le dire aux parents (sans parler des médias donc...). Trop dur. Ils étaient trop obtus sur ce point. Les années continuèrent à passer... Un an, deux ans... Leur réputation ne cessait de croitre. Bientôt ils furent connus sur le plan international, organisèrent même quelques tournées... Leur groupe continua, ne perdit pas en popularité, car c'était un groupe de talent. De véritable talent. Arriva alors ce soir fatidique... Ce soir où leur vie bascula. Le concert de Londres. Premier concert depuis longtemps dans leur pays natal. Là où tout avait commencé pour eux... et où tout allait finir brutalement semble t-il, du moins pour ce qui est du monde extérieur. Le concert avait été un véritable succès. Un monde monstre, des acclamations monstres... Mémorable, ils en étaient sortis le sourire au lèvre, allègres, encore portés par la vague d'enthousiasme que cet instant de partage avec le public pouvait procurer... Alessandro en avait presque oublié sa gêne habituelle, avait même salué ouvertement le public avant de se diriger vers la voiture, plus loin... Rouges. Les barrières sur les côtés empêchant les fans de passer. Eclat. La lumière violente des appareils photos. Une nuée de main dans leur direction... on les adulait. Souvent il restait relativement fermé, gêné face au succès, mais là il était trop heureux, trop exhalté... Peut-être même avait-il pris des mains, touché des doigts... Il y avait vraiment pris plaisir, pour la première fois en fait... La porte de la voiture avait claqué, le moteur de démarrer... Le calme revenu, la sérenité, les ténèbres des rues de Londres au plus profond de la nuit, minuit passée depuis longtemps... Ils étaient sortis, le chauffeur était allé garer l'auto, et eux allaient en direction de l'hôtel, un peu plus loin... Mais c'est à ce moment que... plus rien. L'ellipse temporelle, le vide total, la transition brutale... entre la rue sombre, et cet endroit aux couleurs chatoyantes... tant de couleurs, pourtant de mauvaises augures. Lorsqu'ils s'étaient réveillé côte à côte, ils étaient au Heaven Circus, sur la piste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessandro
Freak
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: Alessandro - Freak   Mer 5 Avr à 7:19

Inutile de dire que le choc fut conséquent... D'adulés, il passèrent à sous-hommes. D'une vie dorée protegée par une sacrée bonne étoile à quelques détails près, ils tombèrent dans l'horreur... On peut dire qu'ils étaient tombé de haut... Le temps passa, et rien ne changea... Pourtant ils n'avaient encore rien vu.

Certes, la vie était rude pour les invités... Son frère et lui en avaient déjà bavé... Mais ils avaient encore le privilège d'être des invités, d'être encore maître de leur vie passée... Le privilège leur en fut bien vite retiré. Déjà à Amadeo, puis à lui, ensuite. Tout était arrivé un jour comme les autres. Avec son lot de tristesse, de douleur, de résignation, d'humiliation... Un jour au Heaven Circus, en bref. Amadeo jouait du violon. Lui ne faisait qu'écouter... Un des seuls moment où il arrivait encore à goûter au plaisir. Lorsqu'il écoutait son frère jouer, lorsqu'il chantait en l'accompagnant, lorsqu'il jouait, lui aussi... Là il l'écoutait jouer... Et la beauté l'emplissait, forcément... Déferlante de sentiments le menant loin, loin au delà de cet univers burlesque dans lequel ils avaient été happés sans préavis... Puis il était arrivé, sans préavis de même, il faut le dire. Der Magier était venu et avait emmené Amadeo. Sans raison, comme ça. Juste... comme ça. Il lui avait pris son violon, Amadeo lui avait demandé calmement, même poliment, si il pouvait lui rendre... Et il l'avait emmené. Il crut devenir fou. Il est dur d'imaginer quel lien puissant peut exister entre deux personnes telles que des jumeaux. Et cette disparition subite... le retourna. Il n'était pas bête. Il savait que pour son frère les choses ne devaient pas se passer en douceur... Il eut le temps d'imaginer les châtiments horribles qui purent lui être infligés... Certainement la réalité fut bien pire que les plus affreuses de ses pensées. Quoi qu'il en soit, le premier jour, il resta sous le choc. Anesthesié, ahuri... Il ne voulait pas croire ce qui se passait. Chaque heure supplémentaire pendant laquelle il restait seul l'emplissait plus encore de perplexité, d'anxieté... d'horreur peu à peu. Il s'attendait à voir Amadeo revenir n'importe quand, certes dans un état éventuellement déplorable, mais revenir... Ce qui ne fut pas le cas. La journée passa. La suivante de même. La suivante encore. Mais rien. Il était seul... Amadeo était ailleurs, en train de subir nombre de sévices innommables, et lui il était là, seul, impuissant... Même pas capable de se relever, d'aller le chercher, par n'importe quel moyen. Il était seul... Et c'était étrange pour lui. Douloureux et étrange. Car à vrai dire... jamais, ou presque jamais il n'avait été séparé d'Amadeo. Ils faisaient tout ensemble. Musique, projets, passions... Ils avaient toujours fait tout ensemble. Et lorsqu'ils se séparaient, ce n'était jamais très longtemps. Dans tous les cas, l'un savait toujours où était l'autre, et ce qu'il faisait... Là il ne savait pas où Amadeo était, et pour ce qui est de ce qu'il faisait... rien que d'effleurer cette pensée le rendait malade. Il tomba dans un état dépressif des plus totaux, déjà que ce n'était pas brillant avant... Crise de sanglots irrépressibles, à la limite de la crise de nerfs, phases d'aboulie... Quand quelqu'un est mort... il est mort, on le sait, on s'en remet difficilement mais on s'en remet. Mais ici on ne pouvait mourir... l'angoisse, la douleur de la perte étaient donc toujours présentes et ne diminuaient pas au contraire: Amadeo était toujours détenu quelque part ici, et devait souffrir le martyr... Insupportable.

Pourtant il revint, au bout d'une semaine à peu près... Un oeil en moins, torturé... Et quelque chose d'autre en moins de plus important encore... Il était devenu un freak. Les peurs réalisées. La détresse à son apogée alors qu'il croyait enfin être soulagé. Heureusement son frère le reconnaissait encore, même si il avait bien changé et même si il ne se rappellait plus de grand chose d'autre... sans ça il serait devenu fou. Déjà qu'il le devint assez pour prévoir sérieusement, irraisonnablement, de le venger... Utiliser la violence, lui qui la détestait... contre un saltimbanque. Il resta avec lui quelques jours. La vie était presque redevenue normale au Heaven pour eux... A part qu'un mur invisible les séparait maintenant. L'un invité, l'autre freak. Incompréhension mutuelle en perspective... Il profita des quelques jours qui lui restaient avant son tour pour attiser sa haine nouvelle et spéciale envers Der Magier... et lorsqu'il le vit une nouvelle fois, il ne réfléchit pas. Il lui... fonça dessus. Insultes venimeuse et un poing dans la figure. En tout cas c'est ce qu'il avait essayé infructueusement de faire... Les insultes, pas de problème, mais le poing... bien évidemment esquivé. Arrêté par la main du magicien... A peine le temps de voir une chose apparaitre comme par magie à sa droite, un poignard... Foncer, rentrer en plein dans sa main, brisant les os, sectionnant les tendons... La mettre dans un tel état qu'elle serait difficilement récupérable... du moins pour ce qui est de la motricité. Il cria, forcément. Il tomba à genoux la main blessée dans l'autre, n'osant pas la bouger, n'osant pas toucher la lame fichée à l'intérieur... mais le plus dur était encore à venir... Car suite à cela c'est lui qu'on emmena, ce à quoi il ne résista même pas, la douleur de sa main, trop intense encore... Et à son tour d'être torturé. La notion du temps il ne l'avait plus depuis longtemps, et bien avant ça, mais la torture dura elle aussi environ une semaine... Semaine pendant laquelle les douceurs se multiplièrent. Il en retira la balafre de sa joue droite (ce qui jusque là allait encore), sa blessure au coeur, tout d'abord transpercé de part en part par une longue tige de métal, puis par la suite dont un morceau alla rejoindre l'oeil de son frère dans l'estomac de Der Magier, et tant d'autres choses aussi... Lorsqu'il en ressorti, lui aussi avait tout oublié, lui aussi était devenu un freak... Ce qui d'un côté était peut-être mieux, tout du moins pour ce qui est des rapports qu'il pouvait entretenir avec son frère... D'un côté était-ce peut-être ce qu'il avait voulu en attaquant Der Magier, même si maintenant il ferait tout pour redevenir un invité. Il devint le chanteur, le poète, là où son frère devint le musicien... Lui ne pouvait plus jouer, sa main avait été violemment broyée, dans le but implicite et cruel sans doute de l'en empêcher, à l'avenir... Musicien qui ne peut plus jouer, Poète qui ne peut plus écrire aussi... C'est la main de l'écriture qui avait pris. Petit à petit, malgré son frère, malgré la musique qui occupaient la quasi totalité de son attention, un sentiment de malaise s'instaura... par rapport au cirque, par rapport à son statut personnel... Un soupçon de son lui invité qui était resté, un soupçon de son ancien lui qui lui soufflait que tout çe ne pouvait lui convenir, même si c'était tout, strictement tout ce qu'il connaissait...




Caractère:

Depuis tout petit, Alessandro a tendance à être timide et émotif. Il a toujours été quelqu'un de profondément gentil, tout en ne le montrant que relativement, car sans le rendre réellement renfermé, sa timidité l'amène quelque fois à l'introversion. Hypersensible et poète, non violent, féminin même, une façon de le définir. Ce n'est pas pour autant qu'il est associable, loin de là. Alessandro aime communiquer avec les autres. Juste que souvent il n'ose pas, ou n'y arrive pas... A part avec Amadeo. Avec Amadeo tout est différent, car il l'aime infiniment, et lui fait infiniment confiance. Il n'y a pas d'autres personne à qui il accorderait telle confiance... pas même à lui même. Avec lui, aucun mal à s'exprimer. Il lui dit tout, écoute tout ce qui peut venir de sa part, n'a aucun mal à être lui même... Ses préférences non assumées en partie l'ont amené à encore plus de timidité, de gêne... surtout concernant leur succès, leur célébrité, qu'il supporte mal, surtout vis à vis des fans de la gente féminine -il n'a rien contre elles mais leurs égards le gêne, inutile de se demander pourquoi... Pourtant sur la scène, face au public, sa voix vibrant synchronisée à son coeur... Plus de problème, plus aucun problème. Toute la timidité s'envole pour ne laisser place qu'à cette euphorie, ce flot torrentiel de sentiments et de choses non dites enfin prononcées...

Enfin... ça c'était avant. Avant Heaven Circus.

Car vint ce jour... Ce jour où il... connut des affres innommables. Ce jour où il finit par rejoindre son frère dans l'univers des freak...

Cela dit pour un freak, Alessandro reste très humain... plus proche des invités que beaucoup des autres freak. Ce n'est pas parce qu'il ne se souvient pas de sa vie passée et croit avoir toujours vécu là que cette vie lui convient... ce n'est pas pour ça qu'il apprécie sa situation. Il hait Heaven Circus. Et il hait sa condition...de freak. Malgré tout, il a gardé sa personnalité: c'est un rêveur, un romantique, un hypersensible. Il rêve d'un ailleurs. Il imagine sans cesse des ailleurs, au dehors de ce fichu cirque, et en fait part à son frère, même si celui-ci s'en fiche. Même si ça ne signifie rien pour lui. Pour Alessandro c'est une des seules choses qui lui permettent encore de supporter la vie. Cette vie... misérable. Il voudrait quitter cet endroit, n'importe comment... Un peu comme les invités, avec qui il s'entend généralement bien d'ailleurs. Il n'aime pas les saltimbanques par contre... Il les hait (même si il ne le montre pas explicitement... Il reste discret en leur présence généralement, n'étant pas masochiste). De toute façon c'est réciproque. Ou du moins sa vie ne signifie rien pour eux. Il n'aime pas la violence. Il DETESTE la violence... Et ici la violence est omniprésente. Il ne se sent pas chez lui... Pourtant c'est toujours là qu'il a vécu non? Il devrait se sentir chez lui... Il sent bien que quelque chose cloche. Mais malgré tout, c'est un freak. Il ne sait plus. Il aime son frère aussi. Plus que ses rêves, plus que tout ça, c'est son frère qu'il chérit le plus... Il ferait tout pour lui. Se sacrifier physiquement, psychologiquement ou même moralement... si il le pouvait il donnerait sa vie pour lui. Ce qui bien sûr est impossible: on ne meurt pas au Heaven Circus. Il rêve, et il chante, suivant l'instrument d'Amadeo, et il les apprécie, oui, les invités. Il les écoute attentivement. Il est aussi gentil avec eux que si lui même en était encore un. Il est avide de connaissance. Il veut tout savoir, connaitre leurs histoires... Leurs histoires pleines d'ailleurs. Ils ont tant d'imagination... Et si c'était vrai? Si seulement... Il se plait à se le faire croire. Même si il sait bien que après tout, il n'existe rien... rien au dehors de ce cirque, rien... Très imaginatif, artiste pur, musicalemement parlant, poètiquement parlant. C'est un poète oui, toujours. Le Heaven ne lui a pas enlevé ça. Il voudrait être comme les invités. Il a honte de tout ce qui fait de lui un freak... Il a honte de ne pouvoir qu'inventer des histoires à dormir debout, de ne pouvoir raconter avec poigne d'où il vient, lui, et comment c'était... Et il a honte de toutes ces marques physiques dont le Heaven l'ont marqué... Cette balafre affreuse... Et la cicatrice, sur son torse... Et cette main qu'il ne peut plus bouger ou à peine... Là il n'a pas honte mais il souffre. Il souffre de ne plus pouvoir jouer. Il souffre de ce morceau de coeur en moins aussi, il est frustré... ce handicap contraignant... ce coeur fragile. Malgré tout si on s'en prend à lui, il restera d'un calme olympien, résigné... du moins au début. Par la suite en cas de torture physique poussée il criera peut-être, il pleurera peut-être... Peut-être même suppliera t-il dans certains cas... Après tout il est très dur de résister à la torture. Mais jamais il ne pliera si il est question de protéger Amadeo, en aucun point.

Un petit ange, Alessandro, malgré la perversion du Heaven... et quelques fois pourtant, il devient fou. Si on lui affirme trop haut et trop fort que "ailleurs" existe, alors qu'en règle générale il aurait écouté attentivement, n'aurait exprimé que douceur et intérêt... un réflexe de protection peut-être, un instinct de freak en quelques sortes, qui le fait tout rejeter en bloc... et perdre les pédales. Si on aborde la question de la mort, chose qui existerait dans le "ailleurs" des invités, si on lui fait remarquer que quelqu'un dont il manque un morceau de coeur ne pourrait pas survivre dans cet ailleurs, si on se moque de ses altérations physiques dues aux saltimbanques, ou... si on s'en prend à son frère, , il devient fou. Lui si pacifique, aimable, doux, émotif... Il devient un freak complet. Cruel et sadique, il peut devenir dangereux et torturer... ou du moins essayer, tout dépend de l'adversaire. Et personne ou presque ne peut l'arrêter. Lorsqu'il reprend ses esprits, c'est tout seul, en prenant conscience tout à coup de ce qu'il fait... Ou bien c'est son coeur qui ne suit pas et l'oblige à se calmer... Ou bien c'est son frère. Un seul mot suffit de sa part... rien d'autre. Après ces phases de folie il tombe toujours dans des affres de détresses terribles... Il s'effraie lui même, il se dégoute, il se hait. Il hait sa nature de freak tout comme il hait le Heaven Circus ou les saltimbanques... ce qui tout lié ne lui rend pas la vie facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessandro
Freak
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: Alessandro - Freak   Mer 5 Avr à 7:19

Description Physique:

Pour commencer, il est dit qu'Amadeo et Alessandro sont jumeaux... Jumeaux dans le sens vrai jumeaux, ce qui veut dire que à quelques détails près offerts gracieusement par les saltimbanques, ils sont... identiques sur le plan physique. Plutôt grands, quelque chose comme 1m75, et minces, sveltes, sans pour autant passer dans la catégorie gringalets (juste ce qu'il faut quoi...), le teint halé, très légèrement, trahissant en quelques sortes leurs origines italiennes, cheveux noir de jais, lisses et souples, yeux d'un beau vert bouteille, profond, et plutôt rare en fait... Tout comme Amadeo, Alessandro porte les cheveux mi-longs, si bien que de dos on pourrait facilement les confondre. Peut-être a t-il tendance à les laisser pousser un peu plus depuis que son visage a été balafré... pour cacher sa cicatrice. Une voix douce, pas très grave, une voix de ténor -il est important de le préciser sachant qu'avant toute chose Alessandro est chanteur. Un visage fin, aux traits fins, délicat, et tous de s'accorder pour le qualifier de (très) beau. Son regard généralement traduit son côté poète et rêveur... Un peu ailleurs, dans les nuages, sur la lune... très expressif, trahissant bien souvent jusqu'à ses sentiments les plus profonds, à moins qu'il s'en empêche vraiment, se force à revêtir un masque d'impassibilité. Puis la vie au Heaven, et les marques qui s'en suivent... Une balafre plutôt visible, partant de la paupière inférieure de son oeil droit jusqu'à sa bouche quasiment. La dite balafre qu'il tente de cacher le plus possible avec ses cheveux, ce qui reste assez inefficace tout de même vu l'emplacement de cette dernière. Sur son torse, une cicatrice en étoile, révélant l'emplacement d'une blessure béante par le passé... Cicatrice plutôt significative puisqu'en effet il lui manque un morceau de coeur, arraché lors de la torture. Enfin sa main gauche, qui comme ça n'a pas l'air d'aller très mal, mais qui reste très douloureuse en cas d'effort trop violent, et dans laquelle il n'a quasiment plus aucune motricité, ou si peu qu'il lui est impossible de faire quoi que ce soit de précis avec...
Sa tenue vestimentaire est plutôt simple, sans oublier pour autant d'être stylée... Normal puisqu'il s'agit de sa tenue de scène, celle qu'il portait lors du concert précédent leur subite disparition. Elle est en fait identique en tout point à celle d'Amadeo, raison de plus pour les confondre facilement... Elle est composée d'un pantalon noir, taillé élégament, d'une chemise noire surmontée d'une veste noire bien taillée elle aussi, d'un style moderne. Enfin, des chaussures de cuir noir, brillantes, assez simple mais de belle forme, se mariant très bien avec le reste des vêtements. Rien de plus, rien de moins, juste ce qu'il faut.




Aptitudes, capacités, talents: Tout comme son frère, Alessandro est un musicien. Certes moins doué, il faut dire qu'Amadeo est un génie, et que sa cécité de naissance n'a pu que le pousser à développer ses capacités auditives, mais son talent n'est tout de même pas négligeable... Il a l'oreille absolue et un net don pour la musique. Cela dit Alessandro est surtout poète. Sensibilité, sensualité, amour des mots, de leur sonorité, de leur signification... Il écrit beaucoup, dont beaucoup de chansons, et son talent est reconnu... Et au delà des mots oui..., reliant ses passions, le chant. Alessandro est un chanteur né. Timide, très timide, le chant lui a toujours permis de s'extérioriser, d'exprimer tout ces sentiments, ce trop plein de sentiments en lui. Et on peut dire que c'est réussi. Plus qu'une magnifique voix, parfaitement maitrisée, grâce à son oreille, son don indéniable, et les cours pris dès l'enfance, Alessandro fait de la poésie par le chant... exprimer l'inexprimable, faire vibrer, faire ressentir... C'est la chose pour laquelle il a toujours été le plus doué, alors même que paradoxalement il a toujours eu tendance à rester relativement renfermé, à part dans ses rapports avec Amadeo.




Possessions: Une guitare dans son étui, utilisée durant le tout dernier concert qu'ils eurent l'occasion de faire, une malette noire dans laquelle des floppées de partitions, stylos, feuilles de brouillon sur lesquelles textes, chansons, ébauches de chanson et tout ce qui s'en suit, un téléphone portable qui risque d'être bien inutile ici, un portefeuille et pièces d'identité tout aussi inutiles à part peut-être à le(s) plonger dans la perplexité en vue des localisations et caetera, et rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alessandro - Freak   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alessandro - Freak
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nettoyage de la chapelle par Rocco-Alessandro di Alpi
» Arrivo di Mons. Giarru...
» Semaine du 3 octobre
» Le jour des barbares d'Alessandro Barbero en livre de poche.
» Charlemagne d'Alessandro Barbero

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven Circus :: Avant de jouer :: Personnages-
Sauter vers: